· 

Nos conseils pour bien démarrer la diversification alimentaire

 

Votre nouveau-né grandit jour après jour et le temps de la diversification alimentaire arrive. Cette période est à la fois excitante et source de question. Afin de vous aider à bien préparer cette transition, vous trouverez ci-dessous quelques conseils pratiques.

Les critères à prendre en considération pour la diversification alimentaire

L’avis du médecin ou du pédiatre

Le pédiatre est le seul professionnel qualifié pour analyser la santé de votre enfant. Il pourra vous dire après analyse si votre bébé peut prendre autre chose en dehors de son lait maternel ou artificiel. Puisque chaque être est unique, les conditions d'une diversification alimentaire réussie passe par la consultation préalable de votre pédiatre.

 

Avant de commencer par diversifier l’alimentation de votre enfant, vous devez vous assurer qu’il est véritablement prêt. Autrement dit, vous ne devez pas introduire d’autres aliments avant 4 mois révolus et pas après 6 mois révolus. Mais avant de commencer, prenez en compte les points ci-dessous.

L'âge de votre bébé

L’âge de votre enfant est un critère important. D’ailleurs, le médecin en tiendra compte pour vous donner son avis. La diversification alimentaire commence entre 4 et 6 mois. Il est donc important que vous profitiez de son côté explorateur pour lui proposer une diversité d’aliments avant qu’il ne puisse vous dire non.

Le développement physiologique

Le développement physiologique de votre enfant est un signe de maturité susceptible de vous aider dans la diversification de la nourriture. Voici des signes qui vous aideront : un nourrisson en position, il porte des objets vers la bouche et sait tenir la tête. 

Observez bien votre enfant pour voir s’il présente ces signes de développement. Si oui, vous pouvez introduire des aliments dans sa bouche.

Les points ci-dessus vous permettront de savoir quand commencer la diversification alimentaire tant attendue par les parents.

 

Introduction des aliments dans le processus de la diversification

 L’introduction des aliments doit se faire suivant un ordre donné.

Les légumes

Le légume est le premier choix pour varier l’alimentation de l’enfant. Bien évidemment, il n’existe pas un règlement stipulant les variétés de légumes qui doivent constituer les repas de votre enfant. De ce fait, plusieurs choix se présentent à vous. Vous pouvez opter pour ces légumes au début de la diversification. Il s’agit de la carotte, le haricot vert, l’épinard, le panais, la courgette, la betterave ou le potiron. Donnez ces légumes à votre bébé, de préférence à midi, avec une cuillère.

 

Pour son alimentation, vous avez la liberté d’opter pour une recette fait maison ou un pot de légume d’environ 130 g. Ne lui donnez surtout pas plus d’un plat de légumes par jour. Cela l’aidera à identifier les légumes. Vous n’avez pas à le forcer s’il refuse un légume spécifique. Proposez-lui simplement un nouveau, mais ne vous découragez pas vite ; il finira par trouver sa préférence.

Les fruits

Après l’introduction des légumes dans le régime alimentaire de votre bout de chou, la prochaine étape est celle des fruits. Mais avant de commencer, veillez à respecter un écart de 10 à 15 jours entre la consommation des légumes et des fruits. Vous avez la possibilité de proposer à votre enfant des compotes fait maison ou de petits pots de fruits. La particularité des fruits est qu’ils sont sucrés et donc très appréciés par les enfants. Alors, n’ajoutez plus de sucre dans vos compositions de compotes faites maison.

 

Privilégiez un seul fruit par jour pour votre enfant, tout en changeant les fruits après quelques jours pour une diversité. Un vaste choix s’offre à vous en matière de fruit : la pomme, la poire, la banane, l’abricot, les fruits rouges, pêche... Ce n’est pas parce que votre bébé a refusé un fruit une fois, qu’il n’en mangera pas la prochaine fois. Faites de votre mieux pour qu’il apprécie les fruits sans pour autant insister.

Les céréales

 Les céréales infantiles sont capitales dans le processus de la diversification alimentaire. C’est un excellent choix pour augmenter au fur et à mesure la quantité suggérée par l’emballage de la céréale. Vous devez d’abord donner des céréales sans gluten à votre enfant avant de lui proposer ce qui contient du gluten. L’objectif est d’habituer lentement votre enfant à la consommation du gluten (blé, orge et avoine).

L'introduction des autres aliments

Par les autres aliments, nous parlons des protéines et des matières grasses. À partir de 5 à 7 mois, un enfant peut prendre un peu de viande, poisson ou œuf à manger. Encore une fois, demandez l’accord de votre pédiatre avant d’introduire ces aliments. Pour commencer, vous pouvez mixer très finement la viande afin d’en faciliter la digestion à votre enfant. Quant aux matières grasses, elles sont introduites dans le même intervalle que les protéines.

Les matières grasses sont indispensables pour le développement du cerveau du bébé. Ajoutez dans une purée un peu de beurre ou d’huile dans les plats faits maison pour votre petit ange.

Pourquoi la diversification est-elle si importante ?

La diversification alimentaire est très importante pour un bébé. Il permet d’éveiller la papille gustative de l’enfant qui fera de nouvelles découvertes en termes de saveur. Elle constitue le fondement de votre bébé en termes d’alimentation solide. Alors, si votre enfant apprécie le début, il est probable qu’il sera ravi d’aller à la découverte d’autres saveurs culinaires. 

Si, au début, il est difficile de trouver une variété d’aliments pour un enfant de 4 à 6 mois, le choix devient plus aisé avec le temps. Il pourra se montrer sélectif dans le choix des aliments. Toutefois, en faisant preuve d’ingéniosité, vous pourrez l’aider à dépasser ses doutes. Et surtout, gardez en tête que votre bébé a le droit de ne pas aimer certains aliments, comme tous les enfants de son âge